Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [Recueil]Textes et Chroniques ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'aTeLieR DeS aDDiCT -> Club House
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Royalys
aDDiCT

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2008
Messages: 607
Localisation: bikinibottom
Masculin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent
Point(s): 599
Moyenne de points: 0,99

MessagePosté le: Mar 6 Oct - 23:55 (2009)    Sujet du message: [Recueil]Textes et Chroniques Répondre en citant

Je postes des textes que j'ai écrit y'a longtemps lol. C'est vraiment qu'une infime partie mais c'est tous ce que j'ai retrouvé xD

Enjoy reading .




Le début de la fin.


  
  
Un soupçon d'obscurité, un brin de lumière et voici naître un monde qui demeure le champs de bataille de deux éléments totalement opposés. D'un côté, les vertes vallées où vivent en harmonie végétaux et animaux, de l'autre des terre dévastées où se côtoies Mort et bêtes immondes.

Tapis dans l'ombre d'une caverne où la vie n'a pas lui d'être, la bête. Monstre hideux aux crocs acérés qui n'attend qu'une chose, une proie dont il se délecterai de la chaire tendre et juteuse. Rarement on voit s'aventurer quelque créature, dans des endroits si hostiles et ravagés. Les lieux avait revêtu leur épais manteau de brume blanche, cachant ainsi l'horreur qui s'y trouvait. Le silence maintenait son pouvoir entier, mais parfois, la vie tentait de s'y incrustée. Peut-être en quête de s'étendre et de bannir à jamais les souffrance de ce monde sans pitié? Peut-être pour contenir l'avancée de la cruauté éternelle? Ou alors pour affronter ses propre peur et acquérir le courage nécessaire aux combat contre les ténèbres? Certes parfois un être reste imprévisible et incompris, comment connaître les raisons qui pousse un être vivant à affronter ses peur? A affronter ce qu'il ne connaît pas? Il n'existe aucun moyens viable. On entend tout de même certains dire: " je le connaît bien c'est pour cela qu'il fait ça!"
Mais en est-on réellement sûr? Chacun possède sa part de mystère qui jamais ne sera dévoilée car lui même ne la connaît pas. Mais tout de même il file, suis sa route et esquive les obstacle pour atteindre son objectif.

Mais les embûches sont nombreuses, parfois même périlleuses et le pauvre petit être malgré lui passa devant la tanière de la bête dont les yeux couleur jaune, à la pupille presque aussi aiguisée qu'une lame, guette et fondra sur sa proie sans la moindre hésitation, avec une volonté sans faille.

Peut-être atteindra-t-il son objectif ou peut-être pas. Mais pour l'instant, il fait ce qu'il croit juste et le mieux pour lui. Il tuera pour se nourrir ou nourrir ses petits et cela dans un but juste. Tandis que de l'autre côté on dira que c'est mal. Mais comment est-ce que l'on peux définir ce qui est juste et ce qui est bien? On ne le définit pas, on fais ce en quoi l'on croit. Une seconde de pensée, un réflexe et l'homme évite de justesse le coup de crocs. Tandis que la bête se rattrape, son adversaire se prépare à défendre sa vie alors que tous les membres de son corps tremblotent, à peine tient-il debout. Sa pupille s'est dilatée et sa vue devient trouble...ses lèvres demeure close, il ne peut même pas hurler. Tétanisé par la peur, il attends seulement le moment où son âme sombrera dans les méandres de l'obscurité. Il regarde, observe l'outil de la faucheuse venir trancher le fil qui le retient à se monde, venir le délivrer de son enveloppe corporel et l'aider à s'élever sous une autre forme.

La bête entama sa charge, ouvrit lentement la gueule qui vînt se refermer violemment sur le coup de sa proie dans un déluge de sang. Il lui arrache les membres un par un pour jouer avec...une horreur pareil ne devrait avoir sa place ici bas mais malheureusement, il en est autrement et chacun doit vivre avec.

Bientôt d'autres viendraient en ce lieu pour y trouver quelque chose mais cela reste incompréhensible...Croyant affronter la mort il ne faisait qu'en prendre la route. Comprendront-ils un jours qu'il existe une fin à toute chose?




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Celle la date aussi^^. C'est pas ma favorite dans toutes celle que j'ai écrite mais je l'avais faites spécialement pour mon retour sur un jeu de rôle. Le texte raconte l'histoire d'une succube, de sa mort et de sa renaissances.


La renaissance


Prologue : La nature donne la vie mais aussi la mort...


La chaleur infernale ne laissait pas de place pour la nature. Seuls certains arbres milliaires demeuraient encore debout, bien que mort tués par la chaleur, l'un d'entre eux subsistait en ces lieux maudits qui renfermaient moultes créatures au cœur sombre et au desseins immondes.
Cet arbre avait prît, avec le temps, une couleur noire, une couleur plus noire encore que les ténèbres eux-même.
Le peu de branches qui lui restaient se mirent soudain, à trembler, le tronc, à se fissurer laissant apparaître une lueur pourpre. De cette fissure commençait là s'écouler, un liquide rouge, puis un corps fût violemment projeté hors de celui-ci et vînt s'écraser sur le brutalement sur le sol brulant des Enfers. Quelques minutes passèrent et ce qui semblait être un corps humain posa sa main gauche afin de se relever difficilement. L'être, parvînt quand même à s'asseoir, il était nu. Il toussa, cracha un peu de sang et tourna la tête de ci, de là. Son visage était caché entre ses mains, un rire sadique éclata et l'être se leva se tourna vers ce monde désolé et ravagé par les flammes.
Ce qui semblait être un être un homme était en fait une femme ou plutot devrait-on dire une succube. Tandis qu'elle regardait le monde qui l'entourait, elle ferma lentement les yeux et se laissa envahir par la chaleur insoutenable des enfers et l'énergie qui s'en dégageait.
L'air venait bruler sa peau, s'enroulant autour de ses jambes, passant par endroit où il ne fallait pas et venant caresser sa poitrine. A demi cachée par ses cheveux, sa corne trônait au centre de son front, une corne blanche. Paradoxal pour ce qui est d'un être démonique, non? Ceci dit, elle ouvrît l'oeil gauche et posa son regard sur un rocher non loin d'elle. Raykia hocha la tête et fînit par décider d'aller prés de cette pierre qui l'intiguait; de sa main elle l'a frôla.
Soudain, elle fût pétrifiée et les souvenirs de sa vie passé ressurgirent d'un coup, la paralysant sur place, la bouche ouvert et les yeux prêt à exploser. Une larmes coula le long de sa joue suivit d'un léger sourire du coin des lèvres.
Raykia s'effondra par terre, replongeant dans un profond sommeil. Un réveil aussi brusque que celui-ci, ne pouvait qu'affaiblir un être, quelqu'il soit.




Chapître I : La fin d'une vie


Une marre de sang, un cadavre défiguré. La salle était parsemée de corps étendus sur le sol, aux côtés de leurs armes brisées, dans le silence froid de la mort. La succube se tenait debout et regardait de son oeil vif, la scène macabre. Son armure était tachée de sang humain. Elle passa la langue sur la lèvre superieure pour essuyer le sang qui salissait son armure noire. Sa lance en main, elle s'avança vers un soldat encore vivant, agonisant. Elle se pencha sur son corps et l'observa attentivement pendant un court instant.

« Alors? On est toujours en vie? Ce n'est pas un comportement à adopter avec une femme. Quand je décide que tu est mort, tu est mort... »

Le soldat pansait sa plaie avec ses mains bien que cela ne fût complètement vain. Il releva la tête, toussa, cracha un peu de sang et souria la succube.

« huuuu...ahhh...Je...ne survivrait...ahh...peut-être pas. Mais toi...non plus. ARRRGGGGG. »


Raykia venait d'enfoncer profondement sa lance dans le ventre du soldat, la remuant pour lui insuffler quelque douleur plus intense et plus insupportable. Les mots de l'humain ne l'atteignaient cependant pas. Elle retira son arme de la chaire et la posa à côté d'elle, s'accroupis et avec sa main gauche releva la tête du soldat pour le regarder dans le blanc des yeux, comme pour lui faire comprendre que dans l'état actuel des choses, il était totalement impuissant, qu'il était à sa merci.

« Pauvre être dénué de sens. Ta vie n'est plus qu'une question de secondes. Je suis un être superieur à toi, tu est faible, tu n'est pas capable de me tuer. Parle, parle et prît ton dieu pour qu'il t'acceuille en ses cieux. Tes mots ne sont d'aucunes utilité... »


« C'est toi...huuu...qui est pauvre...les renforts ne tarderont...pas.
Seigneur, acceuille moi en ton sein... »


Son comportement commençait à agaçer fortement Raykia. Elle se releva, saisis un épée et la planta violement dans la tête de son « interlocuteur ».


« voilà qui est fait! »

Désormais, l'endroit demerait sans vie. La succube dît un demi-tour rapide ferma ses yeux et respira l'air frais de la mort. Cette odeur lui provoquait des sensations sans parreilles. Elle adorait cette odeur, elle en avait même des frissons. Sa peau frémissait.
Soudain, un bruit d'ailes et de petits cris vînrent l'interrompre. Elle rouvrit les yeux et fronça les sourcil. Devant elle, Pi-yong, essoufflé, lui rapporta une funeste nouvelle.


« Maîtresse! Un groupe humain se dirige vers nous...que faisons-nous? »

Raykia eut un instant de silence. Elle réfléchissait, puis elle se rendit compte qu'il n'y avait plus qu'une seule issue.

« Nous ne fuiront pas, nous en tuerons le plus possible! Ne vous avisez pas de vus défiler ou je m'occuperai personnellement de votre cas petits diablotins. Est-ce bien compris? »
« Bi...bien Maîtresse. »


La succube siffla pour regrouper ses diablotins. Un fois cela fait, ils se dirigèrent tous vers la porte principale où les attendaient l'escouade humaine. Raykia stoppa net son avançée.
Les soldats se mirent en position de combat. Elle s'avait qu'il n'y avait plus rien à faire. Sur ce, elle s'arma de lance et sauta sur les soldat dont les épées étaient venu se planter dans sa poitrine. Son coeur, bien qu'à droite venait d'être transpercer et la succube s'éffondra sur le parvis. Quant à ce qui était censé être ses esclaves, ses diablotins, ils se débandèrent et séchappèrent pour sauver leur vie.
Raykia venait de tomber...Ce fût la fin d'une vie.
Ses meurtriers portèrent son corps jusqu'à un puit sans fond, ce puit menait vers les enfers. Ils jetèrent le corps inerte de la créature démoniaque qui vînt s'écraser sur le sol brulant des enfers. Là son corps commença à se décomposer et un arbre mort fût créé on ne sait comment. Cet arbre demeurerai sa tombre jusqu'au jours où elle renaîtrai.



Chapître II : Parce que la mort est un doux rêve

Les blés venaient de sortir de terre. Le Printemps montrait le bout de son nez. Les gamins jouait près des champs.

« C'est toi le loup! »
« nan! C'est pas vrai! »
« si »
« nan »


Le soleil resplendissait, les jours parraissaient heureux. Quand la lumière fût voilée, un cheval noir à la crinière blanche sortit d'on ne sais où écrasa l'un des enfants. Les autres regardèrent leur amis mort, ils étaient tétanisés par la scène atroce. Le cavalier tourna légèrement la tête et les fixa du regard. Il y eu un court instant et il descendit de sa monture pour s'approcher un peu plus.
La mère jeta un regard par la fenêtre et laissa tomber l'assiette qu'elle était en train d'essuyer pour courir au dehors de la maison les larmes aux yeux en criant.

« NAN!!!!!! »

Le cavalier dégaina lentement son épée et entama un mouvement de sa lame qu'il stoppa net à seulement quelques centimètres de la tête des gamins. Il se retourna vers la jeune femme et lança un couteau qui vînt se planter dans sa gorge la faisant souffrir. La pauvre femme agonisait dans la mare de sang, les deux mains autour de sa gorge.
A genoux elle leva les yeux vers son assassin. Celui-ci lui attrappa les cheveux avec sa main gauche et la souleva. Il rengea son épée et sortit sa dague, dague avec laquelle, il enleva un oeil pour la faire souffrir encore plus avant son dernier souffle.
Le second gamins assista de de près à la scène et par un élan instinctif pris la fuite. Le cavalier n'y avait pas fait attention, il continuait de torturer sa victime avec toujours plus de plaisir.
Quand il eut terminé il s'empara du corps et le jeta dans les blés puis remonta sur sa monture démoniaque.
Il jeta rapidement un oeil autour de lui cherchant le survivant de son petit « carnage ».
L'image sécartait peu à peu, disparaissant dans le noir et dans l'oublis.
Chaque rêve qu'à fait Raykia est comme une douce mélodie qui résonne dans sa tête. A chaque fois c'était comme un plaisir incommensurable qui lui procurait des sensation de plus en plus fortes à chaque rêve.
Parce que la mort est un doux rêve qui ne s'arrête jamais, la vie elle-même ne peux procurer de telles sensations...



Chapître Dernier : La fin du rêve, le début du réveil

Raykia demeurait sans forme physique, enfermée dans un monde loin de la réalité. Elle se sentait bien et ses rêves ne pouvaient que lui procurer plus de plaisir encore.
Elle rêvait sans cesse. Un jours, son rêve fût interrompu. Lentement, elle se sentait reprendre une forme physique. Elle venait tout juste de retrouver la vue et pouvait dès à présent observer le lieu dans lequel elle résidait. Une gigantesque mer rouge, dans laquelle, elle trempa la main pour saisir un peu de ce liquide.
Elle lécha langouresement son doigt, ses yeux grand ouvert, ses pupilles se dilatèrent...le goût du sang venait de la réveiller, d'activer ses sens. La succube se jeta dans cette mer « divine » pour elle, c'était comme vivre son rêve. Dès à présent, son corps nu baignait dans le liquide. Elle adorait cette sensation à la fois chaude et froide qui venait glisser sur sa poitrine, ses cuisses...elle aurait voulu mourir ici, heureuse.

Soudain un bruit lourd venant du fond fût suivis de secousses de plus en plus vives. Raykia se posait quelques questions, mais l'état psychique dans lequel elle était ne lui permettait pas d'analyser la situation comme elle aurait pu le faire en temps normal, alors, elle continuant à boire, se laver avec ce sang, elle ne fît pas attention au fait qu'elle se dirigeait droit vers cette grotte si sombre et si étroite. Les flots étaient avalés rapidement dans cette « gorge » ainsi que tout ce qui passait à portée. On aurais dit qu'une créature monstrueuse dévorait un monde. Des millions litres de sang étaient engloutis chaques secondes, chaques secondes durant lesquelles, la succube se rapprochait un peu plus.
Non seulement, le niveau de cette mer baissait à une incroyable vitesse, mais la lumière était également happée dans le « trou noir ». Un siphon s'était formé et Raykia se trouvait prise à l'interieur,
à ce moment elle se rendit compte que, bien que morte peut-être pourrait-elle mourir une seconde fois...du moins, sa mort n'avait pas été dans les règles.
Alors elle paniqua, tentant de nager pour échapper à sa « seconde » mort, mais il était trop tard désormais, elle n'était plus en mesure de se sortir de cette funeste situation, mais la mort pour un démon n'est-elle pas la vie? Et Raykia disparu dans le trou noir qui continuait sa mission, happer ce monde qui n'avait pas lieu d'exister.
La succube emportée par le courrant ne savait pas où elle allait se retrouver, observant attentivement l'endroit. Un moment et une lueur faible fît son apparition. Le chemin s'arrêtait là et la succube fût projetée hors de ce qui semblait être un arbre.
Raykia venait de revenir dans la réalité, elle venait d'être projetait en enfer, sur le sol, inconsciente.
Mais bientôt elle se réveillerai...

_________________






Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: Mar 6 Oct - 23:55 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'aTeLieR DeS aDDiCT -> Club House Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com